fermeture de 4 salles au bloc operatoire de l'hopital de bastia !

Communiqué du syndicat CGT Santé

Fermeture de 4 salles au bloc opératoire. Situation prévisible, inacceptable, dangereuse : la CGT accuse depuis de nombreuses années

Nous attendons un bloc opératoire neuf depuis 15 ans, ces travaux ne cessent d’être repoussés comme l’ensemble de la modernisation de notre hôpital. 
 
Voici ce que la CGT déclarait (encore et toujours) en mai 2017 

"La Cgt a été reçue mercredi 14 mai 2017 par le Directeur Général de l’ARS en présence de la direction de l’Hôpital, une fois de plus aucune réponse favorable sur ces sujets. Nous avions alors une salle fermée, depuis des mois la situation est devenue inadmissible au bloc opératoire. Nous apprenons aujourd'hui que la vétusté des locaux nécessite la fermeture d’une deuxième salle pour 8 semaines.... 

En plein début de saison estivale avec 3 millions de touristes en moyenne en Corse, après des mois de conditions de travail tendues, après tous les efforts faits pour être attractif dans un domaine fortement concurrentiel en faveur du privé lucratif, alors que notre pays est en état d’urgence permanent avec des risques attentats, et que nous avons déjà connu des afflux massifs de patients parfaitement gérés, la CGT accuse tous les décideurs de laxisme, de complicité de mise en danger de la population, de méconnaissance des dossiers en plus hauts lieux, de destruction de l’hôpital public. Trop c’est trop, nous avions averti la CME, les conseils de surveillance successifs, il fallait être plus forts et lucides sur l’état obsolète de notre structure. 

Comment accepter d’être Hôpital pivot du Groupement Hospitalier de territoire, faire de la belle prose pour répondre aux attentes d’administratifs qui de leurs bureaux sont complètement déconnectés des réalités de terrain, de gouvernements et ministères de la SANTE qui empilent des réformes ne visant la qualité et la sécurité sanitaire de tous sur tous les territoires que sur le papier  ??? 
La CGT en appelle à toute la communauté médicale, à l’ensemble du personnel pour demander à l’ARS des mesures urgentes, à eux de les trouver, qui ne pénalise ni les patients, ni l’hôpital public. 
Trop facile de nous dire, il faut fermer on ne peut rien faire, reporter les interventions, diriger les patients vers le privé, c’est l’aubaine pour eux !!!
Une salle de bloc fermée, 4 salles fermées, c’est bien plus grave qu'une seule journée de grève pour laquelle le personnel est assigné et fait fonctionner le bloc opératoire. La CGT exige des réponses urgentes, autres que celles proposées hier, et informe la population de cette situation." 
 
Nous exigeons une réunion urgente de tous les responsables avec le Directeur de l’ARS.