NON à l'augmentation du prix de l'essence, oui a des mesures reduisant son prix...


Après plusieurs tentatives avortées par le passé et sous différentes mandatures, l’exécutif de la CTC essaie une nouvelle fois d’imposer une hausse des taxes régionales sur le carburant. Les arguments sont toujours les mêmes ; abonder le budget de la CTC et utiliser les nouvelles recettes pour lutter contre les pollutions et promouvoir les transports en commun. Si l’objectif est louable, faire la poche des automobilistes insulaires est inacceptable.
La Corse est la Région où le taux de pauvreté est le plus important avec les prix les plus hauts.
Le carburant est le produit le plus taxé et constitue une part conséquente et incompressible du budget d’un ménage surtout pour les salariés les plus modestes. Cette hausse de 2,5 centimes constitue une nouvelle attaque contre le pouvoir d’achat des Corses ; pourtant la nouvelle majorité régionale continue d’afficher comme priorité une lutte sans concession contre la pauvreté.Alors que l’essence  est 15 à 20 centimes plus chère que sur le Continent malgré une TVA à 13% (20% au plan national) augmenter même « modestement » les taxes est inacceptable.
 
La CGT maintient donc son opposition quelle que soit la couleur politique de la majorité régionale.
 
Certes une hausse de 2,5 centimes rapporterait 7 millions dans les caisses de la CTC. Certes le budget régional connaît un déficit important et les besoins de financements sont nombreux. Mais ce n’est pas une raison pour faire les poches des automobilistes. La future collectivité unique disposera d’un budget global de 2 milliards d’euros. Comment croire que l’on ne puisse trouver les 7 millions que rapporterait cette hausse pour activer et améliorer une politique vertueuse en matière d’environnement et de transports publics. La CGT est d’ailleurs disponible pour travailler à ces questions et à faire des propositions. 
Certains s’effraient et se mobilisent en Corse à la moindre proposition de contribution des entreprises ou des détenteurs de rente mais n’hésitent pas à proposer de telles mesures injustes et inefficaces ; les mesures gouvernementales à travers le pacte de responsabilité continuent de remplir les poches des Corses nantis et responsables de la vie chère.
 
Pour la CGT non seulement toute hausse des taxes sur les carburants doit être combattue, mais aussi une mesure rapide doit être prise pour baisser les prix et les ramener au niveau national soit une baisse de 15 à 20 centimes du litre.