Le 19 octobre on lâche rien
 
Rassemblement 10H30
 
devant la Préfecture.


A l’issue de la réunion du comité général de l’UD Haute Corse le 12 octobre nous avons décidé de suivre l’appel confédéral du 19 octobre pour la mobilisation contre la loi travail et la politique de Macron au service des riches.

En Corse la campagne électorale pour le renouvellement de la CTC risque une nouvelle fois d’étouffer les questions sociales. Alors que le chômage progresse et que la mise en place de la collectivité unique va se traduire par une concentration des pouvoirs et des menaces sur l’emploi et les services publics de proximité la CGT doit rendre visible les vraies préoccupations des Corses pour l’emploi les moyens pour la santé et les problèmes de logement.

L’image de la CGT auprès des salariés s’améliore et notre combativité est reconnue. C’est le moment de proposer l’adhésion et de lancer dans toutes nos bases une campagne de syndicalisation ;


Tu pourras lire au dos le compte rendu de la rencontre entre Macron et Martinez. Beaucoup de sujets sont sur la table y compris les réponses suite à la forte mobilisation du 10 octobre dans la fonction publique


Multiplions les luttes, les adhésions, allons au contact des salariés et soyons nombreux le jeudi 19 octobre à 10H30 devant la Préfecture.

___________________________________________________________________________________

Compte rendu de la rencontre de Philippe MARTINEZ avec le président de la République le 12 octobre 2017
 
Comme pour l’ensemble des organisations syndicales et patronales, cette rencontre consistait en un tête à tête entre le président de la République et le secrétaire général.
Le président de la République souhaitait avoir un premier échange sur la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage. Pour autant, le Secrétaire général de la CGT a consacré l’essentiel du rendez-vous à faire le bilan des 5 premiers mois du gouvernement en insistant sur plusieurs points :
 
- La situation d’entreprises comme GM&S, SAM, MOP, GE Grenoble etc. A partir de l’exemple de GM&S et du dernier déplacement dans la Creuse d’Emmanuel Macron, outre l’expression « foutre le bordel », le SG a dénoncé le dédain et le mépris face à des salariés luttant pour le maintien de leur emploi et de leur entreprise. Il a également été mis en avant que d’évoquer la possibilité d’aller travailler dans une autre entreprise située à 2 heures de route et dans une activité différente est le signe d’un décalage avec la réalité et le vécu de millions de salariés.
 
- À travers le rachat d’ALSTOM par SIEMENS a été évoquée l’avenir de l’industrie française et les conséquences directes sur des entreprises publiques comme la SNCF ou la RATP. Plus globalement, la question de l’avenir de l’industrie dans notre pays a été posée. Emmanuel Macron a convenu de la nécessité d’avoir une initiative nationale sur l’industrie. Reste à en définir les formes et le contenu.
 
- Un point a été fait sur la fonction publique suite à la mobilisation du 10 octobre. Le président a précisé que des annonces concrètes seraient faites lors du prochain rendez-vous avec le ministre Darmanin en matière de pouvoir d’achat. Pas un mot sur l’emploi et les contrats aidés.
 
- Le SG de la CGT est évidemment revenu sur les ordonnances et la loi travail XXL, tant sur la forme que sur le fond. Il a été précisé que la CGT ne pourrait pas s’engager dans des discussions déloyales avec des rendez-vous en marge des réunions officielles avec certaines organisations et sans multilatérales régulières. Emmanuel Macron a indiqué qu’il avait poursuivi les réunions avec les organisations syndicales qui avaient souhaité négocier !!! Il s’est engagé à ce qu’il y ait au moins une multilatérale durant la phase de concertations à venir.
 
- Il a été rappelé que l’ensemble des OS avaient critiqué les ordonnances partiellement ou dans leur totalité. Le président a indiqué vouloir faire un bilan d’ici un an et s’est engagé à revoir les mesures qui ne montreraient pas leur efficacité.
 
- les propositions de la CGT sur l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance chômage ont été présentées à MACRON qui a indiqué être d’accord pour « faire le ménage » parmi les nombreux organismes ou entreprises de formation. Il s’est engagé à revoir et renforcer le rôle et la place de l’AFPA dans la formation professionnelle et continue. Il a indiqué vouloir impliquer davantage les branches et les grandes entreprises dans l’apprentissage sans préciser les modalités et les actions.
 
- Sur l’assurance chômage, il s’est défendu de vouloir réduire les droits des chômeurs. Il a indiqué vouloir encadrer la notion de démission face aux risques d’abus des employeurs en matière de démissions « forcées » notamment pour les seniors. Il a refusé d’évoquer la taxation des contrats courts en lien avec les mesures contenues dans les ordonnances en matière de CDD, contrat de projets ou de chantiers etc. Il a convenu qu’il fallait préciser la notion de travailleurs indépendants en matière de droits au chômage.

En résumé, MACRON a pris quelques engagements … et nous ne manquerons pas de vérifier que ceux-ci seront tenus !
__________________________________________________________________________________
POUR DEFENDRE MES REVENDICATIONS
Mon pouvoir d’achat – ma retraite – ma santé – mes besoins quotidiens
NOM ……………………………………………………… Prénom …………………….………………………………………
Adresse ………………………………………………………………………………. CP ……………………….
VILLE ………………….……………………… Tél ……………………… Email ……………….@………………...
A renvoyer à l’USR CGT 2B Impasse Patrimonio 20200 BASTIA.