Adresse
/
Téléphone

8 mars journée internationale de lutte pour les droits des femmes


Inégalités, carrières incomplètes, discriminations, isolement, violences … Un combat toujours d'actualité.

L'activité des femmes progresse, mais reste en retrait. En Corse le taux d'activité a progressé mais est encore aujourd'hui bien inférieur à celui des hommes aggravé par des temps partiels non choisis et des taux de chômage supérieurs.

L’ignominieuse discrimination salariale que subissent les femmes se traduit par des salaires moyens inférieurs de plus de 15% à ceux des hommes à qualification identique ou similaire et ce, tout au long de carrières fréquemment incomplètes.

Les familles monoparentales concernent très majoritairement les femmes (à 80%). En Corse il y a 12 000 ménages de ce type selon l'INSEE. Une monoparentalité qui rime avec précarité pour 1800 foyers, la situation de l'emploi pour ces femmes étant nettement défavorisée, avec des horaires atypiques.

Les retraitées ont en moyenne des pensions inférieures d'environ 40% à celles des hommes, conséquence logique des discriminations subies tout au long de leur vie active. Les revenus sociaux, ne sont pas suffisants pour réparer cette injustice.

Enfin, à la violence systémique d'un modèle économique particulièrement destructeur, s'ajoutent les violences physiques et morales, les viols, dont la Corse n'est pas exempte avec 600 cas de violences conjugales ont été récemment recensés. En France en 2020, 102 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ancien compagnon.

La CGT sera présente dans chaque lieu où des mobilisations sont programmées, partout en France. Le combat pour les droits des femmes est au centre de l'action syndicale qui revendique haut et fort l'égalité femmes/hommes dans tous les lieux et les moments de la vie.