mobilisations du 19 mars


Pour répondre à l’urgence
sociale tous en grève et dans la rue. 
 
Manifestation le 19 mars 2019  
10H30 Préfecture.

Les colères qui s’expriment à travers les mobilisations des salariés du public, du privé, les retraités et les gilets jaunes sont totalement légitimes. Ce sont nos emplois, nos conditions de travail et de vie, notre santé, et tous nos services publics qui sont menacés par les politiques menées.
Ce gouvernement malgré la colère qui monte dans le pays continue d’afficher sans scrupule sa politique au service des plus riches et du grand patronat.
Alors que 9 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions qui ont un travail, le gouvernement accorde chaque année 260 milliards d’euros d’argent public aux grandes entreprises sous diverses formes, alors que ces dernières ont versé en 2018 57 milliards de dividendes à leurs actionnaires.
«  Un pognon de dingues » !!!

En Corse, la vie chère et les bas salaires frappent très durement près de la moitié de la population. Notre région bat tous les records en matière d’inégalités sociales à cause d’une minorité qui continue de s’enrichir honteusement. (Augmentation record de Corses à l’ISF ; dépôts bancaires qui explosent, monopoles privés dans la distribution, les transports et les carburants).
 
Mardi 19 mars mettons nous en grève partout ou c’est possible et manifestons nombreux à Bastia

  • Pour une hausse significative du SMIC des salaires et des retraites grâce à un meilleur partage des richesses.
  • Généralisation de la prime d’insularité et de transport. Extension et revalorisation de la prime trajet Corse.
  • Baisse des prix immédiate sur les produits de consommation courante et les carburants. Fin du monopole de VITO sur le stockage et la distribution.
  • Pour le maintien et le développement des services publics performants et de proximité (santé, éducation, transports, collectivités locales, Trésoreries...)
  • Pour une fiscalité juste et efficace. Que toutes les aides accordées aux entreprises soient conditionnées à des contreparties sociales (création d’emplois, baisse de la précarité, augmentation des salaires).

C’est le moment de montrer tous ensemble notre colère et notre détermination.  C’est par la grève et toutes les formes de mobilisation qui durent que nous gagnerons.