Contester la hausse des carburants, c’est légitime
Agir contre la baisse des retraites et pour l’augmentation des salaires, c’est nécessaire

Contester la hausse des carburants, c’est légitime.
Une atteinte de plus au pouvoir d’achat. Alors que les salaires stagnent, que les retraites et les aides au logement diminuent, de plus en plus de familles ont des difficultés à faire face à l’augmentation des prix du gaz, de l’électricité, de l’alimentation, des mutuelles …
A presque 1 € le litre de fioul domestique, il devient compliqué de se chauffer ! Alors, l’augmentation du prix de l’essence et du gaz-oil, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
 
L'excuse de la défense de l'environnement ne tient pas
S’il est nécessaire de lutter contre le réchauffement climatique pour préserver les générations futures, cela ne peut se faire en prenant pour boucs émissaires ceux qui, aujourd’hui ont besoin de leur voiture au quotidien.
Pour préserver la planète, nous n’avons pas besoin d’essence plus chère mais de transports publics moins onéreux et mieux adaptés, d’une véritable politique en faveur du fret ferroviaire et de l’isolation des logements, de services publics de proximité pour éviter de multiplier les déplacements. Nous avons surtout besoin d’une économie privilégiant les produits locaux au lieu d’entasser les camions sur les routes, les porte-conteneurs sur les océans, au profit des multinationales qui délocalisent leur production et leurs fournisseurs.
La hausse des carburants ne règle aucun de ces problèmes. Derrière l’habillage environnemental, c’est en réalité une façon scandaleuse pour le gouvernement de nous faire les poches pour remplir ses caisses !

Hausse des carburants, baisse des retraites, la même logique
Tous les retraités n’ont pas les moyens d’avoir une voiture, et certains n’ont plus une vue suffisante pour conduire, notamment la nuit. Pourtant ils sont eux aussi la cible du gouvernement de M. Macron.
  • La hausse de la CSG ampute les retraites de 25 à 50 € par mois
  • La désindexation des retraites par rapport aux prix, votée parl’Assemblée pour les 2 années à venir représentent uneperte de pouvoird’achat supplémentaire de 50 à 100 € mensuels.
  • Sur une retraite moyenne de 1300 € (pour 43 ans de travail), c’est 75 € par mois qui sont pris dans nos poches ! Avec ce qui reste, il faut veiller à chaque dépense.

Vous n’êtes pas retraités ? Pourtant vous êtes concernés :
  • Vous avez ou aurez des parents retraités. S’ils ne peuvent plus faire face, qui paiera la maison de retraite, ou tout simplement les soins avec les dépassements d’honoraires ?
  • Et vous-même êtes un(e) futur(e) retraité(e). Si les retraites actuelles continuent de s’effondrer, quelle sera la vôtre ? Surtout si on a un système par points où c’est le gouvernement qui fixe la valeur du point !

Défendre les droits d’aujourd’hui est la meilleure garantie pour les droits de demain !
Prendre l’argent là où il est.

Retraités, salariés, automobilistes, on a raison d’être indigné par ces nouvelles ponctions sur nos conditions de vie alors que le gouvernement a supprimé l’ISF (impôt sur la fortune), l’exit-tax (taxation des « exilés fiscaux »). Il a même réduit l’impôt sur les grandes sociétés alors que le groupe pétrolier français Total a augmenté ses bénéfices de 28 % en 2017 pour dépasser les 10 milliards de dollars. On a raison d’être indigné quand les salariés, les retraités, leurs familles doivent se serrer la ceinture alors que les dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 battent tous les records avec près de 47 milliards € en 2017.

En Corse, la CGT est mobilisée sur la question du prix du carburant depuis plusieurs années

Déjà en octobre 2016 notre section CGT Retraités 2B a combattu, avec succès, par voie pétitionnaire, le projet de hausse de la taxation des carburants envisagé par la CTC, toujours au nom de la transition écologique.
A ce propos, nous rappelons que la Corse souffre d’une injustice sociale qui pèse sur les ménages modestes, aggravée par le détournement du dispositif fiscal de réfaction de 7 points de TVA sur le prix du carburant. Ensuite et indépendamment de cette appropriation d'argent public, il faut dénoncer la marge moyenne desdistributeurs, plus élevée que sur le continent (en moyenne 13 centimes en Corse pour le B7 Diesel et le E5 Essence contre 7 à 8 centimes sur le continent).
Par ailleurs, le quasi-monopole de Rubis (maison mère du distributeur Vito) qui confère à ce groupe une position dominante sur toute l'île, nous conduit à exiger de la CTC, l’uniformité tarifaire, avec répercution de la réfaction des 7% de TVA dans l’ensemble des stations-services insulaires.
Enfin, et afin d'amorcer une véritable transition écologique et sociale, il est urgent de financer efficacement le développement d'un réseau public de transport en commun, facilement accessible par tous avec un demi-tarif pour tous les retraités sur le continent comme en Corse.

Notre syndicat CGT Retraités 2B reste mobilisé pour toute action convergeant vers ce niveau d'exigence.
A la mesure de l' urgence environnementale dans toute sa dimension sociale.

Ensemble, on est plus fort !
………...........................………………………………………………………………………………………………….
Rejoignez les retraités qui veulent que les choses changent, adhérez à l'USR CGT 2B
Rejoignez les retraités qui veulent que les choses changent, adhérez à l'USR CGT 2B
NOM………………………...........………… Prénom …………………….………………………
Adresse………………………………………………………………………………………………CP……….........VILLE................……………………….Tél…..................….........................…
Email ……..………...............….@……......................………………
___________________________________________________________________________________
                                    A renvoyer à l’USR CGT 2B Impasse Patrimonio 20200 BASTIA. Permanence tous les lundis à 9h30
POUR DÉFENDRE MESREVENDICATIONS